Spécialiste de géopolitique du sport à l’IRIS, Carole Gomez estime que si la démarche lancée par les Etats-Unis à l’encontre des Jeux d’hiver en Chine est surtout symbolique, cela ne veut pas nécessairement dire qu’elle est dénuée d’efficacité.

Dans le sillage des Etats-Unis qui ont, le 6 décembre, fait part de leur décision d’observer un boycottage diplomatique des Jeux olympiques d’hiver de Pékin (du 4 au 20 février), l’Australie, le Royaume-Uni et le Canada ont annoncé vouloir faire de même, pour protester contre le « génocide et les crimes contre l’humanité en cours au Xinjiang »« Ils paieront inévitablement le prix de ce mauvais coup », a menacé Pékin, jeudi 9 décembre.

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Au Xinjiang, une purge féroce et systématique de l’élite ouïgoure a commencé dès 2016

En France, après les positions dissonantes du ministre de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports, Jean-Michel Blanquer – qui confirmait la présence en Chine de sa ministre déléguée chargée des sports, Roxana Maracineanu, et de la secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, Sophie Cluzel –, et du chef de la diplomatie, Jean-Yves Le Drian – qui plaidait, lui, pour « une position commune » de l’Union européenne (UE) –, Emmanuel Macron a clarifié la position de Paris, jeudi soir« Il ne faut pas politiser le sujet, surtout quand c’est pour prendre des mesures toutes petites et symboliques », a déclaré le chef de l’Etat, affirmant que la décision sera prise à l’unisson avec ses partenaires européens.

 

Directrice de recherche en géopolitique du sport à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), Carole Gomez détaille les enjeux et les conséquences d’un boycottage diplomatique.

Quels sont les objectifs derrière ce boycottage diplomatique lancé par les Etats-Unis ?

L’idée, c’est de toujours aller au-delà du simple message envoyé. Au-delà de cette volonté de mobiliser l’attention internationale sur un sujet, de mettre ce point à l’agenda politique et diplomatique se pose aussi la question de savoir qui sont les alliés sur lesquels les Etats-Unis peuvent compter, essayer de créer une coalition de pays qui vont s’inscrire dans la même démarche…

Ces objectifs doivent être considérés dans leur dimension bilatérale – c’est un bras de fer que Washington engage avec la Chine –, mais la décision de Joe Biden est aussi destinée à son électorat ou, plus largement, à sa population. Au cours des derniers mois, on accusait le président américain de ne pas être suffisamment actif. Ça contribue au fait de dire « America is back ».

 

Après, ce n’est pas un coup de poing très fort sur la table. D’un côté, les termes « génocide » et « crimes contre l’humanité » sont prononcés, de l’autre on décide « juste » de ne pas envoyer de représentants officiels lors de cette édition des Jeux olympiques et paralympiques. C’est une sanction relativement symbolique.

Lire aussi  La Chine est responsable d’un « génocide » des Ouïgours, selon des experts réunis à Londres

Cette mesure peut-elle être efficace ?

L’efficacité doit se jauger au regard des différents objectifs déterminés. Le meilleur exemple est les Jeux de Moscou, en 1980. Le boycottage des Etats-Unis et du camp occidental n’a pas poussé l’URSS à retirer ses troupes d’Afghanistan, les Soviétiques y sont restés jusqu’en 1989. Par contre, ça a permis de mobiliser sa population, son camp, et aussi d’envoyer un message de front particulièrement fort.

« On ne peut pas encore juger d’une éventuelle efficacité tant que tous les pays ne se sont pas positionnés »

Pour ce qui relève du cas présent, on ne peut pas encore juger d’une éventuelle efficacité tant que tous les pays ne se sont pas positionnés. S’il ne reste que quatre pays, aussi puissants soient-ils, ce sera moins important que s’ils sont vingt, trente ou cinquante. S’il y a des pays africains, sud-américains ou asiatiques qui se joignent à la démarche, là, ça va commencer à être intéressant…

L’efficacité dépend, enfin, de la réponse de la Chine. Si c’était vraiment quelque chose de profondément inefficace, elle n’aurait même pas pris le temps d’y répondre. Or, elle a tout de suite réagi. Le boycottage diplomatique est certes encore une arme de la guerre froide, mais je vois ça comme le premier étage de la fusée.

Lire aussi  Boycott des JO de Pékin : le chef de l’ONU ira à la cérémonie, Macron refuse une mesure « toute petite et symbolique »

La Chine a-t-elle les moyens de ses menaces ?

En déclarant que les pays qui prendraient la suite des Etats-Unis « paieraient un prix fort », la Chine utilise une formule intéressante. C’est une menace directe, non voilée, mais qui reste très floue. Cela laisse penser que les autorités chinoises vont attendre de voir quels pays vont se ranger derrière la décision de Washington. Cela peut aussi en dissuader un certain nombre.

Surtout, le fait de ne pas préciser cette menace a tendance à l’amplifier. Va-t-il s’agir de sanctions économiques ? De fermeture de centres culturels ? De convocations d’ambassadeurs ? Bref, quel va être le choix des différentes sanctions prises par Pékin et quelle sera la gradation des sanctions ? On ignore aujourd’hui si ces dernières seront les mêmes pour tous. S’attaquer aux Etats-Unis peut être compliqué. Par contre, on peut imaginer que la Chine pourra taper un peu plus fort sur l’Australie ou le Royaume-Uni.

Dans ce contexte, comment comprendre la position de la France ?

Le communiqué de presse de l’Elysée publié mardi était laconique [dans le texte, la présidence française déclare avoir pris « bonne note du choix des Américains » et affirme vouloir se « coordonner au niveau européen »], mais il permettait au moins de se donner du temps pour consulter ses partenaires et tenter d’établir une stratégie commune au sein de l’UE : « Ne prenons pas la décision seuls, mais à vingt-sept. » La forme est fidèle à l’approche diplomatique traditionnelle de la France.

You Might Also Like

03 Comments

Leave A Comment

Don’t worry ! Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

Get Newsletter

Advertisement

Voting Poll (Checkbox)

Voting Poll (Radio)

Readers Opinion